Réparer une crevaison

Cause des crevaisons:

La plaie numéro 1 du cycliste: la fameuse crevaison. Elle est le prix à payer de cette fabuleuse invention: le pneumatique, son confort et son rendement.
Les causes peuvent être :

  • la perforation par √©l√©ment ext√©rieur: pointe, aiguille, semence de tapissier, agrafe, bout de verre...et surtout les √©pines v√©g√©tales, redoutables en for√™t et sur les pistes cyclables bord√©es de haies √©pineuses;
  • la perforation par pincement, le plus souvent double, provoqu√©e par l'√©crasement de la chambre √† air entre chauss√©e et bord de jante;
  • la perforation interne: un rayon qui d√©passe, un fond de jante contendant et mal plac√©...
  • la fuite lente, pour cause de chambre poreuse, vielle ou de mauvaise qualit√©;
  • la fuite lente, pour cause de valve fuyarde;

Matériel :

    • Un morceau de papier de verre fin, ou de l'ac√©tone.
    • Un tube de dissolution (ne pas utiliser de colle, la dissolution de caoutchouc n'est pas de la colle)
    • une pi√®ce, appel√©e couramment 'Rustine' (souvent √† tort, car Rustine est une marque). Pr√©f√©rer les pi√®ces √† bord mince (R√©ma Tip Top par exemple) aux pi√®ces √† bord √©pais. Il existe aussi des p√®ces auto-collantes; elles sont du type √† bord √©pais, et donnent satisfaction pour une r√©paration provisoire.

Vérification de valveAvant tout démontage, regonfler à forte pression (au moins 3 bars) afin de déceler la fuite. Promener la roue sous son oreille, ou sous son nez pour localiser la fuite. Notre 'moustache' est une zone sensible capable de déceler une fuite même légère.

Avec un vieux tube de comprimés rempli d'eau, tester si la valve n'est pas en cause. La présence de bulles trahira la déficience de la valve. Dans certaines conditions, cette dernière peut être remplacée.

Conservez une ou deux vieilles chambres. Elles pourront servir pour récupérer la valve, pour faire des élastiques, et aussi pour tailler des rustines.

Action:

démontage de la chambre à airDémonter un flan du pneu : voir page Démontage du pneu

Dévisser l'écrou de valve

Extraire la chambre du pneu.

Inspecter le pneu pour trouver l'éventuel coupable (objet coupant ou pointu), en passant la main à l'intérieur et à l'extérieur du pneu. Retirer l'intrus si trouvé, par l'extérieur.

recherche de la perforationGonfler la chambre pour repérer le trou; Un compresseur d'air rend ce repérage plus facile.Ne pas avoir peur de surgonfler la chambre. A défaut, pour les très petites perforations, utiliser une bassine d'eau, les bulles trahiront la perforation (photo 5).

Attention: un trou peut en cacher un autre... surtout dans le cas des crevaisons par pincement.

 

PerformationCrevaisons lentes : La perforation d'une chambre mettant plusieurs heures, ou plusieurs jours pour se dégonfler sera difficile à repérer. En effet, il est possible qu'une bulle (dans la bassine d'eau) ne s'échappe que toute les minutes.

Une fois le trou repéré, faire 2 traits en croix au stylo à bille, ou au feutre, pour repérer son emplacement (photo 7).

 

marquage de la perforationPourquoi ce marquage ? le trou peut ne plus être visible une fois la chambre dégonflée.

 

Choisir la taille et la forme de la pièce en fonction de la perforation.

Souvent, les perforations sont très petites, de petits trous gros comme une tête ... d'épingle ! Donc, il est préférable d'acheter des petites pièces.

dissolutionnettoyage de la chambre à airDégonfler, nettoyer, sècher la chambre.

Nettoyer autour du trou, avec le papier de verre ou de l'acétone, sur une surface supérieure à celle de la pièce;

Enlever par brossage les éventuels grains d'émeri qui se seraient détachés du papier de verre.

Ma préférence va à l'acétone, plus rapide, plus facile, plus efficace et plus propre, mais pas facile à emmener en sortie.

 

Astuce: en l'absence de Rustine, on peut découper une pièce dans une vieille chambre à air. C'est parfaitement valable, mais il faudra alors, avant pose, nettoyer la chambre et la pièce à l'acétone, et enduire de dissolution à la fois la chambre et la pièce.

Réparation d'une crevaison... La suite...