Serrage du guidon

Plusieurs techniques sont utilisées pour fixer le guidon sur la potence. La plus courante se fait par serrage avec un boulon unique. Le défaut est que le démontage du guidon n'est pas possible sans le démontage des leviers de freins, avertisseur sonore, manettes de dérailleurs, compteur...

A noter qu'il n'est pas nécessaire de retirer complètement le boulon. Le desserrage suffit.

La tête de vis est de type bombée à ergot (photo 1). Elle ne nécessite pas d'outil pour le serrage ou desserrage, l'ergot empêchant la rotation. Mais cet ergot est trop petit, et le matériau dans lequel il s'encastre est souvent de l'alu, qui s'écrase (photos 2 et 3). Dans la cas ou la vis tournerait, l'ergot ne remplissant plus sa fonction, remplacer la vis par une vis à tête six pans (photo 4);

Boulon de serrage de guidon
Serrage du guidon, encoche abimée
-1-
-2-
Détail de l'encoche
Remplacement de la vis à ergot
-3-
-4-

Serrage du guidon, encoche abiméeSerrage du guidon, encoche abiméeL'autre technique de fixation du guidon, plus récente, se fait par bride amovible.

Elle présente l'avantage de permettre le démontage du guidon sans avoir à retirer ni levier de frein, ni commande de vitesse, poignées ou guidoline, sonnette, compteur...

C'est tellement simple, et pas plus couteux à fabriquer. Pourquoi cette technique n'est-elle pas plus répandue ?

Une clef mâle 6 pans suffit. Au serrage, ne pas forcer: la bride n'a pas être en contact avec la potence. Un jeu de 1 mm environ subsiste, et en serrant progressivement chaque vis, égaliser ce jeu de chaque coté.

La facilité de démontage pourrait favoriser le vol du guidon complet, en cisaillant les cables et gaines. Dans la pratique, ce délit n'est pas constaté.